Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

 

Doulaincourt-Saucourt (Haute-Marne)

Détails:

  • Code postal: 52270
  • Arrondissement: Saint-Dizier
  • Département: Haute Marne
  • Population (dernier recensement): 943
  • Surface: 43.86
  • alt mini: 207
  • alt maxi: 389
  • Densité: 21
  • Code insee: 52177
  • Anciennes communes (en cas de regroupement): Doulaincourt, Saucourt
  • Wikipédia (lien vers): https://fr.wikipedia.org/wiki/Doulaincourt-Saucourt
favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche édité par : le 29 décembre 2017

Référence(s) documentaire(s)

Pierre Béguinot, Fontes (la route du fer)

Description:

L’industrie métallurgique est présente de longue date à Doulaincourt. C’est ainsi qu’une autorisation royale est donnée à M. Guichard, le 24 mars 1628, pour y installer une forge de consistance non précisée.

En l’an III, l’usine est une batterie à tôle composée d’un marteau à drôme et d’une chaufferie, qui fournit l’Artillerie. Elle disparaît en 1807.

En 1807, il y a une fenderie qui produit annuellement 73 tonnes de fer. C’est en 1839, sous l’impulsion de M. Elophe Capitain, qu’est construite une forge anglaise à l’emplacement du « moulin du bas » à 400 m environ en aval de l’agglomération. Cet établissement est le deuxième de l’espèce, après celui de Bologne-Haut, à fonctionner en Haute-Marne et sa consistance et ses dispositions générales, sont indiquées sur la figure 78 ; il est animé par 50 ouvriers et produit annuellement 1 800 tonnes de fer à partir de fonte en gueuses provenant des hauts-fourneaux des environs.

Elle (la forge) comporte quatre fours à puddler, deux fours à réchauffer, un laminoir pour fer brut, deux trains de laminoirs pour fer marchand, une fenderie pour la clouterie, un tour pour tourner les cylindres, un marteau à cingler et des cisailles ainsi que trois roues hydrauliques. Cinquante ouvriers y travaillent.

Après la faillite de Capitain, Bonnamy la reprend en 1865, le nombre des fours à puddler est porté à sept et à trois celui des fours à réchauffer, tandis que deux machines à vapeur viennent suppléer à l’insuffisance des roues hydrauliques.
Cette usine était encore en activité en 1880, puis après reconversion en 1890 par Isidore Ulmo, maître de forges à Rimaucourt, elle produisit des pièces manufacturées jusqu’en 1940. Elle fut complètement démolie par l’Occupant vers 1942. Seuls la maison de maître et les biefs subsistent. ■

(Source : P. Béguinot Jean-Yves Somborn)


Téléchargez les pages extraites du Fontes HS 13 consacré à la famille Michel  Doulaincourt Fontes


 

 

 

Listing ID: N/A

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

 

 

Terres de Fer

Chassey-Beaupré (Meuse)

La commune a eu une ancienne graphie liée au ruisseau de Charvey Beaupré est un écart de la commune de Chassey-Beaupré. Le ruisseau de Charvey, […]

8 septembre 2017

1187 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Monumen

 

Terres de Fer

Champsecret (Champ Segré) (Orne)

Champsecret  – Orne Au sud de la Normandie, le département de l’Orne a un riche passé industriel : sidérurgie, petite métallurgie, textile. Dans sa partie occidentale : […]

7 janvier 2018

1685 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Monumen

 

Terres de Fer

Sionne (Vosges)

88 – Sionne  – Vosges  “On dit qu’en 1605, les Bénédictins de Saint-Mansuy de Toul accensèrent à Jean Coppin, alors maître de forges de l’abbaye […]

30 décembre 2017

2162 vues au total, 0 vues aujourd'hui