Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

 

Noncourt-sur-le-Rongeant (Haute-Marne)

Détails:

favoriteLoadingAjouter à ma sélection
Fiche édité par : le 29 décembre 2017

Référence(s) documentaire(s)

Beguinot P ; J-Y Somborn (communes de la route du fer)

Description:

52 Noncourt-sur-le-Rongeant   – (Jean-Yves Somborn)

Cinq sites d’extraction furent en activité jusqu’en 1884. Le minerai de Noncourt, comme celui de Poissons, était retiré d’excavations profondes dans des roches calcaires. Sur le site de La Barelle, à six mètres de profondeur, fut découvert un important gisement d’une vingtaine de mètres d’épaisseur sur quinze mètres de large qui fut exploité à l’aide de puits de deux mètres au carré. Les puits étaient boisés pour éviter les éboulements et les minerons remontaient le minerai avec des hottes, à dos d’homme ou par treuil.On y trouvait également des installations de bocardage et lavage du minerai.Trois forges, installées sur le Rongeant, ont existé à Noncourt  :
• La forge du Vieux Noncourt, en amont du village, est signalée dès la fin du XIIIe siècle. Au XVIIIe siècle, le haut-fourneau, avec bocard et patouillet, est la propriété du marquis de Reynel. En 1837, Pigorot l’exploite pour Leblanc et produit 800 tonnes de fonte par an. Dirigé par le marquis de Maupas en 1845, le haut-fourneau sera éteint en 1861.
• « La Batterie » ou Forge Haute était initialement équipée pour battre (fabriquer) de la tôle. En l’an IV, « la Batterie » produit quatre-vingts milliers de tôle par an. Transformée par les frères Michel vers 1828, qui l’équipent d’un haut-fourneau et d’une affinerie, l’usine sera affermée par Symon, Dormoy et Chagot avant de passer aux mains du comte de Beurges en 1839. De ce site industriel fermé autour de 1880, il reste le bâtiment du haut-fourneau.
• La Forge Basse (1754-1865), située à 300 mètres en aval du village, produisait en 1784, sous la direction des frères Michel, 375 tonnes de fonte converties sur place en fer en barres. Reprise ensuite par Chagot, elle passe entre les mains du comte de Beurges en 1845. Composée d’un haut-fourneau, un four à puddler, un four à réchauffer et deux marteaux, elle sera renforcée par un second haut-fourneau en 1857. Une fonderie de fer lui succédera, qui cessera son activité en 1946.


Trois établissements métallurgiques, installés sur le Rongeant, ont existé dans cette commune :
Le « Vieux Noncourt » situé à 2 250 m environ en amont de l’agglomération.
La « Batterie » ou « Forge Haute » implantée à 1000 m environ en amont de cette dernière.
La « Forge Basse », située à environ 300 m, en aval du village.
Tous ces établissements étaient très anciens. Ils ont été reconvertis comme le montrent les archives début du XXe siècle : travail des métaux, travail du bois…

A propos des exploitations minières
«Quelques-unes de ces excavations, plus grandes que les autres, et pratiquement verticales, ont permis l’organisation de chantiers plus importants, et c’étaient alors les maîtres de forges eux-mêmes qui en dirigeaient l’exploitation. Il en a été ainsi notamment à Poissons au lieu-dit « Mélairange», à Noncourt au lieu-dit « La Barelle » (…)

(lire la suite ainsi que les plans et illustrations par le lien suivant)

Téléchargez les pages du Fontes HS13 consacré à Noncourt-sur-le-Rongeant et aux frères Michel Noncourt Fontes HS13 Michel 13


 

Listing ID: N/A

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

Monumen

 

Terres de Fer

Montot-sur-Rognon (Haute-Marne)

Créée en 1559, cette usine comportait, vers 1770, un haut-fourneau et une affinerie, appartenant au comte de Mareilles ; la production annuelle y était de 280 […]

29 décembre 2017

784 vues au total, 1 vues aujourd'hui

 

 

Terres de Fer

Tréveray (Meuse)

Tréveray (Meuse) – Vallée de l’Ornain Site en activité depuis l’an 1500 environ. Tréveray est un lieu ancien et important. Dès l’an II, il y […]

14 septembre 2017

707 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Terres de Fer

 

Terres de Fer

Ecot-la-Combe (Haute-Marne)

D’abord appelée Ecot, le village a pris le nom d’Ecot-la-Combe au XXe siècle. L’industrie métallurgique est citée à Ecot depuis 1586. le village doit en […]

27 décembre 2017

894 vues au total, 0 vues aujourd'hui